Miramas lou pedassa, qu’es aco ?

Vue de Miramas-Village et de l’étang de Berre
(carte postale, collection personnelle)

C’est en lisant le livre de Paul LAFRAN, «La grande misère de Saint-Chamas le Riche au XVIIe et XVIIIe siècle», où j’en ai trouvé l’explication pour la première fois. En gros il explique que Saint-Chamas aurait dû connaitre le sort de Miramas-Village, et ce dernier aurait dû connaitre le développement de Saint-Chamas.


C’est en fait la faute à l’Archevêque d’Arles et à l’Abbé de Montmajour. L’Archevêque d’Arles, seigneur temporel de Saint-Chamas, s’occupe de sa seigneurie. Il y fait des travaux notamment des canaux pour éviter l’ensablement du port de Saint-Chamas. Ce port qui fait la fortune du village. Mais voila ces fameux canaux rejettent le limon du coté de Miramas, et finalement c’est le petit port de Miramas qui s’ensable (au Moyen-Age, les rives de l’étang arrivaient jusqu’au pied du village), et se voit privé de ses revenus.


Il ne faut pas compter sur l’Abbé de Montmajour, seigneur temporel et spirituel de Miramas, pour protester de cet état de fait par devant l’Archevêque. L’Abbé n’est intéressé que par ces revenus de la Seigneurie et surtout de ceux de son domaine de Cabasse. Le petit port de Miramas, il n’en voit pas l’utilité.


Miramas s’appauvrit. Sa population la plus riche quitte le vieux village pour aller s’installer à Saint-Chamas. Il ne reste dans notre village qu’une population de pauvres cultivateurs et bergers. Mais voila, ces familles riches qui s’en vont, possèdent la majeure partie des terres de la commune, et en s’installant définitivement à Saint-Chamas, on se retrouve au cours du temps avec les deux tiers du terroir miramasséens qui appartiennent à des familles saint-chamasséennes.


Et voila donc comment on parle de «Sant Chamas lou riche, Miramas lou pedassa», «Saint-Chamas le riche, Miramas la rapiécée» … 
Ce dicton vient évidemment de Saint-Chamas, et n’est pas à l’honneur de notre village.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *